ENI promeut une transition énergétique équitable, visant la neutralité carbone d’ici 2050

PHOTO ENI
64 / 100

Eni annonce aujourd’hui la publication de son rapport volontaire sur le développement durable  » Eni pour 2023 – Une transition juste « , qui retrace les progrès réalisés au cours de l’année écoulée, en soulignant l’engagement de l’entreprise à promouvoir une transition énergétique équitable, visant la neutralité carbone d’ici 2050.

« Dans le contexte mondial caractérisé par des dynamiques complexes et évolutives, nous sommes appelés à trouver des réponses aux nouveaux défis sociopolitiques, climatiques et énergétiques et à apporter notre contribution, avec une approche axée sur la sécurité, l’innovation et la durabilité », déclare Claudio Descalzi, PDG d’Eni.

L’énergie reste un point de jonction crucial, avec ses opportunités de sécurité et de développement.  » La transition énergétique est irréversible et nous devons en assurer la réalisation sans sacrifier la compétitivité du système de production et la durabilité sociale », poursuit-il.

2023 a été une année importante pour Eni

2023 a été une année importante pour Eni, qui a fêté ses 70 ans : Eni a fait de la décarbonisation une partie encore plus intégrante de sa stratégie d’entreprise, avec un plan de transformation industrielle visant à offrir des produits et services progressivement décarbonés pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, avec des objectifs intermédiaires clairs dès 2025.

Grâce à d’importants investissements ciblés dans la recherche et le développement, Eni a déjà réduit de 40 % les émissions nettes des champs d’application 1 et 2 dans le secteur de l’amont et de 30 % les émissions globales par rapport à 2018.

Des efforts particuliers sont déployés pour réduire les émissions de méthane (réduction de plus de 20 % d’ici 2023 pour l’activité Upstream), comme en témoigne également la reconnaissance du Gold Standard par le programme Oil and Gas Methane Partnership 2.0 (OGMP 2.0) du PNUE et l’adhésion à de nombreuses initiatives mondiales, notamment le Global Flaring and Methane Reduction fund de la Banque mondiale.

L’entreprise a également établi des collaborations stratégiques avec des partenaires internationaux, tels que Sonatrach en Algérie, EGAS en Égypte et ADNOC aux Émirats arabes unis, afin d’aider ses partenaires à relever les défis de la transition énergétique.

Conformément à l’accord conclu lors de la COP28, Eni partage la nécessité d’une transition qui se déroule de manière juste, pragmatique et équitable.

Cela comprend à la fois des investissements pour réduire les émissions liées à la production de pétrole et de gaz et pour développer le portefeuille gazier, vecteur de transition énergétique (l’acquisition de Neptune Energy, le démarrage de la production du projet Congo LNG), et l’expansion dans le secteur des énergies renouvelables avec les 3GW de capacité installée de Plénitude, la naissance d’Enilive et l’expansion de la capacité de bio raffinage pour une mobilité plus durable, et les projets de capture et de stockage du carbone, en particulier en Italie et au Royaume-Uni.

Les investissements se poursuivent également pour accélérer le développement industriel de la fusion par confinement magnétique, qui permettrait de produire de grandes quantités d’énergie sans émission, de manière sûre et pratiquement illimitée.

La transition juste reste au cœur de la stratégie d’Eni

La transition juste reste au cœur de la stratégie d’Eni et se traduit par divers projets visant à gérer les impacts sociaux de la transformation, à maximiser les opportunités de développement local et à travailler en partenariat avec les communautés concernées, tout en respectant les droits de l’homme et en protégeant la santé et l’environnement.

Des projets tels que la conversion de la raffinerie de Livourne en bioraffinerie, le Centre d’excellence d’Oyo pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique au Congo ou les partenariats avec l’OIT (Organisation internationale du travail) pour promouvoir la santé et la sécurité au travail des agriculteurs dans les chaînes d’approvisionnement en matières premières agricoles et avec l’IRENA pour promouvoir le développement des compétences de transition, témoignent de l’engagement de l’entreprise en faveur d’une transition équitable et inclusive, en partenariat avec les pays où l’Eni opère.

Aimé Kouassi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.